Le complexe communal

Un nouveau complexe communal sort de terre

Article paru dans le journal L'Alsace du 20 juillet 2012

Les réunions de chantier ont lieu tous les jeudis.
Les réunions de chantier ont lieu tous les jeudis.

Lancée début 2009, l’idée de construire une nouvelle salle et une nouvelle mairie se concrétise actuellement à Fulleren. Avec l’architecte Daniel Munck, la municipalité a également profité de l’occasion pour se conformer aux nouvelles normes d’accessibilité des bâtiments publics mairie-école et de refaire les sanitaires des écoles.

Gérard Hislen et Patrick Clory dans la salle multi-activités
Gérard Hislen et Patrick Clory dans la salle multi-activités

Gérard Hislen, maire de Fulleren, est soulagé. Après des années d’hésitations, le grand projet de sa municipalité est enfin sur de bons rails : « Nous avons fait le choix de la sagesse. Nous avons optimisé la gestion foncière en intégrant le nouveau complexe avec le bâti existant, tout en séparant la partie scolaire et la nouvelle mairie. De plus, la salle multi-activités est dotée d’une accessibilité aux normes actuelles et d’une isolation phonique exceptionnelle pour éviter toute gêne aux riverains ».

 

C’est en 2008, en réfléchissant aux nouvelles normes d’accessibilité, que la municipalité en est venue à envisager le problème dans son ensemble. « En effet, rien que pour l’installation d’un ascenseur et ses à côté, la municipalité aurait dû débourser 250 000 € », indique le maire. C’est ainsi qu’au mois d’août 2010, une étude pour un Bâtiment basse consommation (BBC) est lancée. Après une réunion avec les présidents d’associations locales, le permis est déposé en novembre 2010 avec le choix du chauffage au bois par plaquettes subventionné par le conseil régional. Le choix de l’architecte s’est porté sur le cabinet Munck qui s’est entouré de plusieurs cabinets d’études. Ce sera sa collaboratrice Angélique Gempin qui suivra le chantier de bout en bout et qui organisera chaque semaine la réunion de chantier entre les élus de la commission des travaux et les artisans.

Un bel oriel surplombe l'avant du bâtiment
Un bel oriel surplombe l'avant du bâtiment

Isolation phonique et thermique

 

Les élus ont surtout axé leur réflexion sur l’isolation phonique de la salle : « Nous ne voulions à aucun prix incommoder le voisinage. C’est pourquoi les baies vitrées sont à triple vitrage et sont condamnées », indique l’adjoint Patrick Clory, qui avec Daniel Schorr et Sonia Gantner suit chaque semaine l’avancement des travaux.

 

De plus, l’isolation de la toiture aura une épaisseur de 60 cm, faite de plusieurs couches de coton. « La salle, d’une superficie de 150 m² et équipée d’une cuisine faite pour accueillir 150 personnes, peut aussi être séparée en deux et accueillir si nécessaire une halte-garderie ou le repas de midi des enfants du RPI », souligne Sonia Gantner. Un miroir est encore à l’étude pour prolonger l’effet de longueur de la salle.

Le maire devant ses futurs bureaux
Le maire devant ses futurs bureaux

Une mairie fonctionnelle

 

Au rez-de-chaussée, donnant sur le carrefour, la nouvelle mairie sera dotée d’un hall d’accueil où trônera la motopompe ancestrale, fierté des pompiers de Fulleren à présent fusionnés avec les sections de Strueth et Hindlingen. Le bureau d’accueil et secrétariat de mairie jouxte celui du maire, accolé à la grande salle du conseil et la salle des archives. La chaufferie au bois et son silo de réserve occupent l’arrière, et l’ancien dépôt des pompiers sera transformé en atelier et garage communal.

 

Le chantier, d’une surface hors œuvre nette de 484m2 pour un coût estimé d’1,4 millions d’euros TTC, comprend également un nouveau mode de chauffage aux copeaux de bois.

 

Avec ce nouveau complexe, le village de Fulleren, qui n’a jamais disposé de salle, ni de foyer paroissial, pourra se targuer d’avoir construit un bel outil de travail et un bel espace de convivialité. L’ensemble devrait être opérationnel début 2013. Un verger attenant a même été acquis pour les besoins futurs. Fulleren entre ainsi résolument dans le XXIe siècle.

Evolution du chantier jour après jour


 

 

 

 

 

 

 

▲ haut ▲